著者
樋口 陽一
出版者
日本学士院
雑誌
日本學士院紀要 (ISSN:03880036)
巻号頁・発行日
vol.71, no.1, pp.17, 2016 (Released:2017-01-20)

Préliminaire――pourquoi eux deux ? 1. Schmitt et Capitant en tant que contemporains 2. Schmitt et Capitant, pour l’itinéraire intellectuel de l’auteur de l’article Ⅰ.Pouvoir constituant = volontarisme 1. Capitant et Schmitt:une lecture partagée sur Thomas Hobbes 2. 《die liberale Rezeption》 de Schmitt ? Ⅱ.Pouvoir constituant = décisionnisme (1):le contraste de manières dont le pouvoir constituant s’exerce 1. Décision chez Schmitt;exceptionnalité 2. Décision chez Capitant:quotidienneté Ⅲ.Pouvoir constituant = décisionisme (2):le contraste de valeurs poursuivies 1. Capitant:《l’individu》 2. Schmitt:《Volk》 ? 《inhaltliche Indifferenz》 ? En guise de conclusion――les carrières vécues à l’opposé l’une et l’autre
著者
奥平康弘 樋口陽一編
出版者
弘文堂
巻号頁・発行日
2013
著者
鷲巣 力 加國 尚志 小関 素明 中川 成美 樋口 陽一 三浦 信孝 桜井 均 湯浅 俊彦 渡辺 公三
出版者
立命館大学
雑誌
基盤研究(B)
巻号頁・発行日
2017-04-01

本研究の課題は戦後日本を代表する国際的知識人加藤周一の思想を戦後思想史のなかに位置づけることである。本研究の基礎作業が加藤の「手稿ノート」の研究とその成果としてデジタルアーカイブ化して公表することである。本年度は《Journal Intime 1948-1949》《Journal Intime 1950-1951》の二冊について、デジタルアーカイブ化して公開した。昨年公開した8冊の「青春ノート」の抄録を刊行するべく、編集校閲作業を進めた。さらに『加藤周一 その青春と戦争』(共著)の編集執筆も進めた。加藤と丸山眞男との比較研究は、東京女子大学の丸山眞男記念比較思想研究センターと本研究を支える加藤周一現代思想研究センターとの間で研究提携の協定書を締結した。丸山研究センターの川口雄一氏は加藤研究センターの客員協力研究員についてもらい、研究会にて丸山眞男研究の推移について報告した。また『丸山記念研究センター報告』(第13号)に「加藤周一文庫と加藤周一の方法」を寄稿した。さらに山口昌男文庫をもつ札幌大学の公開講座に、本研究の研究者代表である鷲巣と川口雄一氏が参加して、研究報告を行なった。加藤と林達夫との比較研究では、鷲巣が中心となり林達夫研究を進め、成果として『イタリア図書』に「林達夫への精神史的逍遥」の連載を続けた。加藤は生涯を通して反戦を貫き、反戦小説も著わしたが、研究分担者の中川成美は他の戦争文学との比較のために『戦争を読む』(岩波新書)を刊行した。加藤周一記念講演会には、フランス哲学の浅田彰氏を招聘して「普遍的知識人の時代は終わったのか」と題した講演を行なって、加藤がもつ現代的意義について論じてもらった。研究会では、上記の川口氏の報告のほか、猪原透協力研究員の「科学し研究と加藤周一」と題した報告、石塚純一協力研究員の「網野善彦、山口昌男、加藤周一」と題した報告を受けた。
著者
樋口 陽一
出版者
日本法社会学会/有斐閣
雑誌
法社会学 (ISSN:04376161)
巻号頁・発行日
vol.2000, no.53, pp.46-55,246, 2000-12-20 (Released:2009-01-15)
参考文献数
4

Sous la Constitution de 1946, le pouvoir judiciaire bénéficie du statut de l'autonomie presque parfaite à l'égard des autres organes de l'Etat. Quant au barreau, il a obtenu une autonomie beaucoup plus élargie qu'avant la guerre et son statut a été si considérablement valorisé qu'il est d'usage de recourrir, au sujet de grands problèmes juridiques et judiciaires, à la concertation de trois organes de profession légale: Cour suprême, Ministère de justice et Confédération japonaise des barreau. En ce sens, on peut parler de la justice en tant que corps. Or, des promoteurs et partisans de la "Réforme judiciaire" en préparation exigent, du tribunal ainsi que du barreau, "plus d'ouverture" au bénéfice des justiciables. Cette exigence puise sa propre légitimité finalement dans deux notions-clé: logique du marché au profit des consomateurs de la justice, et responsabilité devant la nation en tant que souverain.Quel choix peut-on imaginer en face de cette exigence? L'accepter pour renoncer à la caractéristique des professions légales en tant que corps, ou la refuser pour défendre de ce dernier? Il faudrait, de toute facon, savoir la signification que chaque coix pourrait avoir pour l'avenir du constitutionnalisme et de l'Etat de droit.
著者
樋口 陽一
出版者
日本学士院
雑誌
日本學士院紀要 (ISSN:03880036)
巻号頁・発行日
vol.57, no.2, pp.47-63, 2002 (Released:2007-06-22)

Quant au terme de“droits de l'homme”, notion clé du constitutionnalisme contemporain, it faut bien distinguer entre les deux. Les droits de l'homme lato sensu peuvent se définir comme une revendication, regardée légitime, pour la possibilité de mener une vie d'une façon humaine. Le terme anglais Human Rights aurait d'ailleurs cette résonnance. Or, queue est la façon humaine de mener une vie? La réponse dépendrait du contenu de l'adjectif “humain”, et elle serait nécessairement variable d'une culture à l'autre. À l'extrême, être tout dévoué à la communauté à laquelle on appartient, pourrait être regardé comme la manière la plus “humaine”de vivre dans telle ou telle société.S'agissant des droits de l'homme stricto sensu, ils présupposeraient, comme titulaire des droits, l'individu“doppelfrei”, libéré à la fois de l'oppression et de la protection des corps statutaire et féodal. Les droits de l'homme, entendus dans ce sens strict, sont les produits historiques de la modernité individualiste d'origine occidentale. Ile ne peuvent pas être dissociés de la notion de l'individu qui se décide et qui assume la conséquence de sa propre décision, tandis que les droits de l'homme lato sensu pourraient s'adapter à une conception plus on moms communautariste.Les droits de l'homme stricto sensu exige ainsi une manière de vivre qui semblerait, du point de vue de certaines cultures, être plutôt“inhumaine”. Même au sein de la zone culturelle occidentale, la croyance en la vertue de l'individu se trouve de moins en moins certain, et la tentation même à la démission de l'individu risque de se propager (“Escape from Freedom”).Ainsi, un sceptisme à l'égard de la notion de l'homme titulaire des droits de l'homme stricto sensu fermente, depuis des decennies, dans le milieu intellectuel. L'accusation est lancée surtout del apart du femminisme et du multiculturalisme d' après laquelle la notion même des droits de l'homme serait anachronique et dépassée.Tout en respectant la pluralité des cultures en général, comment défendre le noyau essentiel des droits de l'homme, la liberté reconnue à chacune et à chacun de choisir sa propre identité? La culture des droits de l'homme peut se concilier avec l'exigence légitime de la pluralité des cultures, tant que ces dernières acceptent ce noyau dur. Or, il ya bien des cultures qui refusent, au nom de leur tradition ou de leur identité collective, la prémisse même d'une coexistence avec la culture des droits de l'homme. Le véritable enjeu émerge ainsi.
著者
樋口 陽一
出版者
上智大学
雑誌
人間学紀要 (ISSN:02876892)
巻号頁・発行日
vol.32, pp.5-30, 2002-12-20
著者
蟻川 恒正 木庭 顕 樋口 陽一
出版者
日本評論社
雑誌
法律時報 (ISSN:03873420)
巻号頁・発行日
vol.90, no.5, pp.56-82, 2018-05